Deprecated: mysql_pconnect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/clients/5e01035e225a136befbb4d999404b18b/web/Connections/conexion_test.php on line 9
Carnet de bord mai 2010
Logo de Timounaid Drapeau de la Belgique

Timounaid

Drapeau d'Haïti

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Comment faire un don à Timounaid ?

(en créole, timoun signifie enfant)

 

La reconstruction de Haïti prendra des années.

La mobilisation doit continuer.

N'oublions pas la population d'Ayiti (Haïti en créole)

drapeau vatican

Merci à tous pour vos dons ... sans vous, nous ne serions rien.

Compte ASBL Timounaid : IBAN : BE19 0688 9135 0912 / BIC : GKCCBEBB

Actualités

Extraits du Carnet de bord de Maïté mai 2010

Samedi 1 mai

…j’arpente les rues de Port-au-Prince… après juste deux mois les rues sont accessibles mais comme tout le monde vit à l’ extérieur, le trafic et les blocus (=embouteillages) sont plus que présents. La vie reprend ses droits. Rue du quai, beaucoup de banques sont déjà rasées. Ces grands espaces vides sont impressionnants et donnent un autre visage à la ville. Je ne m’ y reconnais plus. Mes repères ont disparu… Je remonte vers Lalue…des familles se passent des briques pour relever les murs de leurs maisons, d’autres ont dressé leurs tentes sur les ruines mêmes de leurs maisons…De petites échoppes s étalent à nouveau sur les trottoirs devant les tas de briques ! …la vie et la mort se retrouvent cộte à cồte. Elles font partie du quotidien… Dans cette ville complètement démolie tout prend une autre dimension : le temps, les trajets, le travail,…

Dimanche 2 mai

«Le Foyer Notre Dame des Roses vous invite avec une grande joie à son ouverture officielle. » Chaleur et Humidité sont les premières au rendez-vous. Il fait très lourd mais le sourire est sur toutes les lèvres. A peu près 120 personnes de tout âge rentrent dans la résidence. Parents, grands parents, jeunes, 14 enfants et 2 bébés !... Ils déambulent à travers les tentes et les chaises, un filet de basket attire quelques jeunes (merci Léon et Bernadette)… Pour l’instant nous avons à demeure 3 tentes de 10 personnes qui y logent tous les soirs, les autres tentes viendront avec les containers. Le foyer est ouvert 2 fois par semaine pour les différents ateliers : cuisine, couture, chorale, réunions de patro, …et pour le petit dispensaire. La seconde galerie (terrasse) sert de pièce polyvalente pour messe, anniversaire…. C’est un début. Ce que nous voulons c’est avant tout que ce foyer soit un centre d’accueil face à la situation et une possibilité pour ces personnes de reprendre vie dans le respect, la dignité et l’amitié partagée. Que nous puissions être la petite goutte qui les aide à se gérer ! Nous ne sommes pas un pensionnat ou un club med haitien, nous voulons seulement leur permettre de vivre sans être des continuels assistés, dans une ambiance qui les change de ce qu ils connaissent depuis 2 mois et qu’ ils puissent partager leurs joies et leurs peines…. Une attirante odeur de cuisine se répand dans le camp… L’atelier « cuisine » a préparé le repas : riz blanc, macédoine de légumes et petit morceau de poulet, puis dessert. Pour beaucoup cela change de l’ordinaire. On oublie les tracas, on rit, on chante, on danse….au rythme des compas et des reggae ! Ils sont tout simplement heureux avec plein d’étoiles dans les yeux ! L’orage tropical éclate pendant la messe. Beaucoup se réfugient sur la seconde galerie et serrés les uns contre les autres nous remercions le Seigneur pour cette belle journée et nous assistons à la bénédiction de la statue Notre Dame des Roses… tout en regardant l’eau monter. IL faut absolument remblayer le fond du terrain car il y a au moins 30 cm d’eau après une heure de pluie …

Lundi 3 mai

Accouchement imprévu d’un prématuré en vue…nous partons en « vitesse » pour la clinique. …heureusement c’est un premier bébé il ne viendra pas trop vite ! Probablement le stress car cette nuit la terre a de nouveau tremblé (4.0) et la maman déjà était restée une heure sous les décombres en janvier… Des élèves en uniforme se retrouvent mais les sourires semblent figés. Trop de visages ont disparus. Ils se dirigent vers des containers découpés en classe et protégés par des bâches. 16 heures…une nouvelle secousse (4.6) plus forte que d’habitude…je suis en voiture à Delmas…les gens crient et courent dans tous les sens. Beaucoup tombent… Les souvenirs restent ancrés dans la mémoire… la peur est toujours présente.

Mardi 4 mai

Contact téléphonique avec le Docteur Françoise Gérard, médecin français d’Arcachon (message pour Monsieur van Dille). Rendez-vous est pris pour son retour dans 3 semaines.

Mercredi 5 mai

..sur la route de l’archevêché je vois des briquaillons. Exactement ce qu’ il faudrait pour remblayer le terrain du foyer. Je ramasse instinctivement les morceaux et je tombe sur un tas de pierres remplies de taches de sang. La nausée me prend et j’arrête. Je me sens incapable de dresser ma tente sur ces témoins du drame… Je longe la résidence de Bel Air. La maison est complètement rasée…je revois la belle grande bâtisse avec tous ses escaliers … les images se confondent… j’ai envie de tendre les bras et d’effacer ce que je vois pour revoir l’agitation de l’entrée, les élèves qui jouent, les religieuses qui me sourient….plus rien ! je me sens perdue…ou se trouve la réalité ? …. dans n’importe quelle direction vers laquelle je dirige mon regard il n’y a que des ruines ou d’immenses espaces vides…

Jeudi 6 mai

Je n’ai pas de nouvelles des containers … Je refais le parcours….pas de traces de mes dossiers…angoisse ! 8 containers ne disparaissent pas comme cela quand même !....d’autant plus que j’ai déjà les avis d’arrivage et les certificats de fret…ou sont-ils ? Je recommence les démarches à zéro… …archevêché de port-au prince.. je retrouve la trace des 6 premiers containers, les 2 derniers n’ont pas encore de dossier…o.k. je vérifie : 2 demandes de franchises ont été faites pour les mêmes containers donc premier blocage. Rectification est faite…il faut attendre la signature de Monseigneur Eustache…il vient de partir. Il a fini pour aujourd’hui. Il est 11.30 h ! Il faut revenir demain !!! relax quand il y a tellement d’aide nécessaire ..je retraverse Port-au Prince, « capitale de la désolation ». en janvier j ’avais l’impression que, entre les ruines, se faufilaient les ombres des morts, j’avais l’impression d’être un peu protégée par les pans de mur des maisons branlantes comme par des bras rassurants. Maintenant ce sont d’immenses espaces vides, rasés qui longent les rues et qui donnent le vertige. Plus rien pour accrocher mes souvenirs… eux-mêmes vont bientôt disparaitre. Ce jour-là Port-au-Prince aura un autre visage et les morts pourront enfin s’échapper. Frè’m yo ak sè’m yo ale ! Bondye avek nou tout ! frères et sœurs allez-y, le Seigneur est avec vous ! ….beaucoup d’abris sont recouverts de bâches bleues, comme d’immenses touffes de myosotis… « ne m’oubliez pas » …je ne suis pas prête d’oublier !...

Vendredi 7 mai

Retour à l’archevêché Merci Monseigneur…maintenant les photocopies… Panne d’électricité dans toute la zone. Je vais descendre chez le Père Lephène à Lakay. Là aussi les ateliers et les ti lekol (petites écoles) de Père Bohnen sont rasés…. Père Wim a fortement maigri…la loge du gardien est devenue le réfectoire…Père Yves est démoralisé : « ou est l’aide promise ?...nous avançons seulement avec nos propres mains ! »..ce prêtre salésien qu’on a retiré des décombres et qui est resté le seul « gardien » des lieux depuis le 12 janvier est complètement abattu. Il commence une phrase mais il ne la finit pas comme s’il n’avait plus de forces. Me revient une chanson créole : « elifet, mon chè kote w prale ? ak de bra balan, dekouraje.. elifet, mon ami ou vas-tu avec tes deux bras ballants, découragé » Lakay. Père Lephène m’accueille avec un grand sourire. Il n’a pas oublié sa messe de Notre Dame de l’Assomption. Les questions fusent. Comment va la dame de Lourdes…. Retour par le provincialat des salésiens. Je dépose le courrier de Père Laurent auprès de son amie l’ingénieur architecte et je lui téléphone. Rendez vous est pris pour la fin du mois. Départ pour les Gonaives pour faire le point des dossiers dans le calme et en profitant de l’électricité et du réseau internet

Samedi 8 mai

Réunions et mises à jour aux Gonaïves.

Dimanche 9 mai

Panne de réseau internet Aucun cyber café ne fonctionne car en plus panne d’électricité dans tout Gonaives !!! C’est le jour ! le klaxon est devenu muet et les phares ne fonctionnent plus . demain nous partons de très tot matin dans l’obscurité sur Port-au-Prince. Partir ainsi serait mortel vu les routes. Nous faisons le tour des « garagistes » sur la rue !..pour une réparation de fortune… Il faut faire le plein. …il n’y a plus de diesel dans aucune des trois stations…..seulement des bidons « sou beton an» sur la rue. Le prix est passé de 125 à 200 gourdes le gallon (plus ou moins 3 l)…la situation ne fait pas que des malheureux …

Lundi 10 mai

Ministère des cultes : on a vu passer mes dossiers puisqu’ils ont été répertoriés dans le registre d’entrée. Mais ou sont-ils ? Ils cherchent…nous attendons… Peut-être déjà au Ministère des affaires étrangères ? peut-être encore au secrétariat ?...peut-être à la douane ? Le bâtiment est détruit…les employés travaillent sur des tables de fortune dans le jardin en dessous des arbres. Le vent joue avec les feuilles des dossiers en attente !!! « ou konprann, nou pa kapab di w ak sertitud kote yo ye, n’ap rele w..vous comprenez, nous sommes incapables de vous dire avec certitude ou ils sont, nous allons vous téléphoner…

Mardi 11 mai

Il a plu toute la nuit. Le remblayage de la partie basse du foyer est prévu pour vendredi. ….toujours pas de nouvelles des containers. Je repasse au ministère des cultes. Ils ont retrouvé la trace de deux containers. Ils sont restés là. Mais les autres ?... Direction douane. Le responsable est parti pour le port. Direction les quais. Le responsable donne rendez-vous pour demain. Quadrillage de la zone du projet de construction sur le terrain à vendre à Drouillard à partir des besoins de la zone et des objectifs proposés par monsieur Van Dille et ses collègues

Mercredi 12 mai

Douane : je rentre dans le bureau et je trouve le responsable entouré de feuilles et visiblement il n’en sort pas… doute…angoisse…oui il s’agit bien de plusieurs dossiers dont les miens qu’il essaye désespérément de reclasser.. Tout est tombé, les feuilles se sont mélangées sous l’effet des différents ventilateurs…la seule chose qu’il a retenue c’est le nom de la compagnie maritime : Hapag Lloyd. Je ramasse le tout et j’essaye d’y mettre un peu d’ordre. Tout est mélangé : actes de donation, factures, inventaires, originaux et copies…j’ai même hérité d’un dossier de l’église adventiste et du dossier d’un canadien qui s’appelle Merten…je n’ai pas assez de place. Je propose de tout prendre chez moi et de faire son boulot. Cela lui fera gagner du temps et au moins je serai sure de mon dossier. Il accepte avec joie !!! moi aussi !!!

Jeudi 13 mai

Bon anniversaire Père Stra ! Que Dieu vous garde et que Marie vous protège ! Recomposition des dossiers. Les documents belges de notre 3ème container sont arrivés à la Croix des Missions. Merci Monsieur Cappoen.

Vendredi 14 mai

Direction douane… Route de l’aéroport….le moteur du tap-tap s’arrête pour la 8ème fois !...nous sommes en plein milieu d’un carrefour. Le chauffeur ouvre tranquillement le capot pour secouer les fils…les freins grincent derrière nous …si jamais ?...il faut pousser jusqu’ au trottoir…les voitures et les camions vont dans tous les sens, je ferme les yeux ...et je suis le mouvement ! ….le responsable de la douane m accueille avec un grand sourire. Nous revoyons le dossier ensemble poste par poste. Tout est en ordre. « chère sœur, vous m’avez apporté la paix pour toute la journée ! » ….et à moi donc !!! Il reste le dernier feu vert du ministère des finances pour l’ouverture. …tap-tap,… marche,… tap-tap,… bus,… tap-tap …..marche…j ai l’impression que les cailloux de la route me rentrent dans la plante des pieds…j’ai pris 17 fois un tap-tap aujourd’hui !!! Le terrain du foyer est nettoyé et prêt à recevoir les camions de remblais pour demain…super ! …je m’écroule de fatigue sur le matelas de la galerie (terrasse). « Seigneur nous sommes entre tes mains, nous ne pouvons que t’offrir ce que nous sommes et ce que nous faisons. Prends le relais Seigneur, s’il te plait. »

Samedi 15 mai

Nous attendons…Midi, les trois premiers camions semi remorques arrivent… le terrain est fort humide… Premier déversement du mélange cailloux-sable de rivière à l’entrée de la propriété… je rêve ! le fonds du camion est rempli de fatras (déchets de poubelles) c’est un camion qui sert aussi pour les poubelles et qui n’a pas été vidé !!! une odeur indéfinissable me donne la nausée. Les 2 autres camions continuent leur déchargement sur la route devant la résidence et repartent comme si de rien n’était…. … J’ai l’étrange impression d’assister à un film de charlie chaplin !!! …. éclairs de feu … hurlements… le camion a accroché un fil a haute tension (7.200 volts)… Le câble gigote dans tous les sens, touche trois pneus du semi remorque, qui éclatent …des flammes énormes lèchent le mur de la clôture… les habitants du quartier arrivent, effrayés et en colère… le câble donne toujours des éclairs de feu… la route est coupée… il est 6 heures du soir… la nuit commence… il faut changer les pneus à la lueur … de 3 lampes à l huile !!! … prévenir… qui ? un policier ou … ? il n’y a pas de pompiers dans la zone… les téléphones sont nazes… il faut couper le courant sinon nous finirons tous grillés ! Quelqu’un part en tap tap pour prévenir EDH (électricité d’Haiti). 9 heures du soir… le camion repart… les gens aussi… le câble brule toujours ! J’attends encore 12 camions… les fatras sont toujours là… tout va très bien Madame la Marquise !!! Minuit l’électricité est enfin coupée. Je peux dormir.

Lundi 17 mai

Pas de nouvelles des containers … Il faut plus ou moins 3 semaines pour dédouaner. Ils sont arrivés les 26 et 30 avril … on est dans les temps … mais l’urgence est là ! Manifestations pour demander le départ du Président… Tous les bureaux sont fermés L’électricité est toujours coupée. Les fatras sont toujours là…

Mardi 18 mai

Fête du drapeau Tous les bureaux sont fermés L’électricité est toujours coupée Les fatras sont toujours là

Mercredi 19 mai

Manifestations des enseignants. Tous les bureaux sont fermés L’électricité est toujours coupée Les fatras sont toujours là

Jeudi 20 mai

Je repars pour le ministère des finances Oui les dossiers sont là. Revenez demain…. 23h15, un camion poubelle vient enlever les fatras… les 12 derniers camions viennent déverser les remblais et le compresseur égalise les tas dans la propriété … Toujours pas d’électricité… les camions travaillent avec de grands phares….. il est 2.30 h du matin. Le dernier camion repart

vendredi 21 mai

j’ai l’accord des finances. Je pars à l’agence maritime pour savoir quand on m’apportera les deux premiers containers.. …marché des Bossales…la poussière de la route reste en suspension dans l’air et forme un épais brouillard que piétons et véhicules traversent au son des klaxons…il fait 48 degrés…. Sauf impondérables (tremblements de terre, pluies torrentielles, inondations…) nous travaillerons ensemble ce w.e. nous en déchargeant nos deux premiers containers et vous en chargeant le 4ème !!!! Merci Seigneur